Classe Industrie et Commerce


Conférence

DIEU, LE TRAVAIL ET L’ARGENT OU COMMENT LES PROTESTANTS ONT (PEUT-ÊTRE) INVENTÉ LE CAPITALISME

Par Isabelle Graesslé, docteure en théologie

Les compteurs d’argent, tableau anonyme fin XVIe,
Musée des Beaux-Arts de Nancy

C’est à Martin Luther qu’on doit la redécouverte de la valeur religieuse du travail. Pour lui en effet, on plaît à Dieu non par ascétisme, à l’image des moines fuyant le monde, mais en remplissant son devoir dans la profession où Dieu nous a placés. C’est lui qui emploie le premier le mot allemand Beruf (vocation) pour parler des professions séculières. Plus généralement, les réformateurs défendent l’idée que l’humain peut plaire à Dieu par son travail. Jean Calvin construira ainsi une véritable éthique du travail dans le protestantisme. Aujourd’hui, même si la thèse de Max Weber sur les liens entre cette éthique calviniste puritaine et la mentalité de l’entrepreneur capitaliste est sérieusement remise en question, nous verrons comment et pourquoi les valeurs portées par la Réforme autour du travail et de l’argent ont durablement imprégné la société.


Cette conférence est ouverte au public.
Entrée gratuite sur présentation de votre carte de membre de la Société des Arts.
Prix d’entrée pour les non-membres CHF 20.- (Entrée gratuite pour les étudiants).

>> devenir membre – formulaire d’inscription


Une réception suivra dans les salons.

Inscription à la conférence

Les billets se paient à la caisse avant le spectacle.
Pour les membres, veuillez présenter votre carte à l'entrée.

les-compteurs-dargent_web-2